Quel âge a ma literie ?

L’âge de son mobilier, de son électroménager ou de sa décoration ? Pas toujours facile de s’en rappeler. Pour la literie, les noces d’étain (10 années) sont parfois vite dépassées. Pour des performances optimales et des nuits de sommeil toujours réparatrices, il est nécessaire de pouvoir reconnaître une literie qui commence à vieillir.

 

Après 10 années de bons et loyaux services, le matelas et le sommier perdent environ 30% de leurs propriétés. Les signes d’usure doivent être détectés au plus tôt pour éviter tous les maux liés à une literie vieillissante. La nuit doit être synonyme de repos et de détente pour un sommeil réparateur. Si le matelas et le sommier sont fatigués et usés, ils ne vont plus remplir leurs fonctions réparatrices, alors le sommeil, l’humeur et la forme au réveil qui en pâtiront.

 

Un matelas affaissé, un repos de faible qualité

 

A chaque morphologie correspond un type de matelas et de sommier différent, la fermeté et la composition dépendent des goûts et besoins de chacun. Que le matelas soit en latex, en mousse ou à mémoire de forme, il doit maintenir le dos sans être synonyme de points de pression pendant la nuit (souvent synonymes de micro-éveils). Un matelas qui perd de sa fermeté et commence à s’affaisser ne va pas soutenir correctement le dos. Le matelas ne doit pas se déformer ou conserver la forme du corps au réveil, c’est le signe d’une usure marquée. Le sommier absorbe 1/3 des chocs et mouvements pendant la nuit. Si son usure est beaucoup moins visible à l’œil, tout comme le matelas, il se fatigue et perd de sa force pour accueillir le dormeur entre 7 et 9 heures par nuit.

 

Tous les dix ans, l’heure du renouvellement

 

Pour le réfrigérateur ou le lave-linge, on se souvient du moment d’achat lorsqu’il y a une panne. La literie ne tombe pas en panne, n’arrête pas subitement de fonctionner, il est donc très facile d’oublier la date d’achat.

 

Pour des questions d’hygiène et de confort, il est inconcevable de conserver une literie plus de 10 années de suite. Il est encore plus dommageable pour le dos et le sommeil de transmettre la literie d’une grande sœur à un petit frère, ou encore d’acheter une literie d’occasion. En prenant le temps de penser à l’âge de sa literie, il est aussi essentiel de s’attarder sur le confort, le soutien et les performances de son matelas et son sommier.

 

10 années : la durée de vie maximum pour le matelas et le sommier

 

Au moment de choisir sa literie, le dormeur peut opter pour un soutien ferme avec un accueil moelleux. Pour une colonne vertébrale qui a besoin d’un réel soutien, il est essentiel que les propriétés restent constantes. Si ce soutien vient à faiblir alors la literie est arrivée à date d’expiration.

 

La détente et le relâchement sont de mise quand l’heure du coucher est arrivée. Un matelas fatigué ne va plus soutenir la courbure de la colonne vertébrale, courbatures et pressions seront les maux du réveil.

 

Changer ? Oui mais pour quelle literie ?

Quand la literie passe le cap des 10 ans, le temps du changement est arrivé et la question de la nouvelle literie se pose. Seul ou en couple, il est important de considérer les matelas et sommiers de grande largeur. Dormir à deux peut être une vraie épreuve (coups de coude, ronflements, insomniaque…). Pour limiter les désagréments, le matelas grande largeur (160 cm de largeur) est une option à prendre en compte. Pour être sûr de bien choisir, il est primordial d’essayer, à deux si on est en couple, sa literie en magasin pour trouver une literie convenant à la morphologie de chacun.

 

Télécharger le communiqué de presse

Les commentaires sont fermés.


télécharger le communiqué de presse en PDF


}