Avez-vous bien dormi cette nuit ?

Un sondage exclusif lève le voile sur sommeil des Français. « Avez-vous bien dormi cette nuit ? » est donc la question qui a été posée à un échantillon représentatif de Français entre 18 et 65 ans. L’idée de ce sondage est de mieux comprendre les causes d’un mauvais sommeil et le lien entre sommeil et literie.

 

Sommeil de plomb, sommeil léger, insomnies

 

Les Français dorment-t-ils comme des bébés et si non quelle sont les causes de leur mauvais sommeil ? A la question « Avez-vous bien dormi cette nuit ? », près d’un Français sur trois interrogés a répondu NON. Ce résultat reflète une certaine réalité : le sommeil est un bien précieux parfois bien difficile à acquérir.

 

1 Français sur 3 à mal dormi cette nuit

 

Parmi les « mauvais dormeurs », les femmes ainsi que les membres d’une famille d’au moins un enfant de moins de 15 ans sont plus nombreux que la moyenne à avoir passé une mauvaise nuit. Relation de cause à effet ? Peut-être que Mesdames interviennent plus facilement que leur conjoint en cas de réveil ou cauchemars des enfants, ce qui perturbe leurs nuits ?

 

A noter également que la tranche d’âge la plus représentée parmi les individus ayant mal dormis sont les 35-49 ans. Inversement, 75% des + de 50 ans et 80% des retraités dorment d’un sommeil sans nuage. Serait-ce lié à la sagesse venant avec l’âge, ou au fait que sans soucis professionnel, les nuits sont plus douces ?

 

Pourquoi les Français dorment-ils mal ?

 

Une des raisons les plus souvent évoquées est l’un des maux du siècle : le stress : 46% évoquent un stress ou une angoisse et 45% des pensées récurrentes les empêchant de trouver le sommeil. 16% des Français mentionnent des événements extérieurs comme cause d’un sommeil de mauvaise qualité : bruits environnants, lumière intempestive, réveil des enfants ou ronflements du conjoint.

 

Le conjoint qui d’ailleurs, par son agitation, a empêché 7% des interviewé(e)s de passer une bonne nuit. On comprend alors que les célibataires retrouvent plus facilement les bras de Morphée : 78% des personnes vivant seules déclarent avoir bien dormi. Est-ce parce qu’ils peuvent dormir sereinement en prenant toute la place qu’ils souhaitent dans leur lit ? Peut-être devrait-on conseiller aux couples de privilégier les literies « grande taille » (160 cm ou 180 cm x 200 cm) et d’opter pour une literie offrant une parfaite indépendance de couchage, permettant à chacun une liberté maximale de mouvement.

 

Literie et sommeil : un lien indéniable

 

De nombreuses causes d’un mauvais sommeil pourraient être liées, directement ou indirectement à un des éléments déterminant du sommeil : LE LIT ! 9% des interrogés évoquent directement la literie comme cause de leur mauvaise nuit. Et il a été prouvé scientifiquement que dormir sur une literie neuve de qualité améliore l’efficacité du sommeil : on y dort mieux, le dormeur bouge moins, et le sommeil est donc plus reposant et récupérateur. En effet, au bout de 10 ans, la literie perd 30% de ses qualités d’origine et n’offre plus les mêmes performances, ce qui influe directement sur la qualité du sommeil.

 

Alors, si le matelas est usé, que vous ressentez les ressorts, qu’il conserve la forme du corps une fois levé il est temps de changer pour enfin passer de bonnes nuits ! De même, pour expliquer leur mauvaise nuit, 29% des interrogés mentionnent des douleurs ressenties, même en position allongée. Or ces dernières peuvent être causées ou aggravées par une literie non adaptée à sa morphologie. Une literie trop ferme n’épousera pas les formes du corps et créera des tensions au niveau des épaules et du bassin. Inversement, une literie trop souple n’apportera pas le soutien nécessaire pour garantir l’alignement de la colonne vertébrale et accentuera les douleurs dans la nuque, dorsales ou les maux de tête.

 

Une literie adaptée aura tendance à délasser le corps et à diminuer les douleurs et donc à faciliter le sommeil et l’endormissement. 20% des interrogés n’ont pas bien dormi parce qu’ils ont eu trop chaud ou trop froid. S’il est recommandé de conserver une température de la chambre entre 18 et 19°C pour dormir paisiblement, une literie adaptée et thermo-régulante peut aussi favoriser un bien-être non négligeable pour accéder à un sommeil paisible. Enfin, c’est bien connu, qui dort dine et l’inverse n’est pas forcément vrai : 4% des interrogés déclarent avoir mal dormi car ils ont abusé d’un diner trop copieux et/ou ont connu des troubles de la digestion. Un conseil : les repas légers favorisent l’endormissement et le sommeil.

 

Sondage BVA Healthcare pour l’APL - avril 2009 - Enquêtes Internet réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 1076 personnes âgées de 18 à 65 ans

Télécharger le communiqué 

 

Les commentaires sont fermés.


télécharger le communiqué de presse en PDF


}