Une nouvelle literie : quels impacts ?

changement de literie

2 fois moins de micro-éveils dans la nuit...
... Et 3 fois moins d’activité musculaire pendant le sommeil avec une nouvelle literie.

Voici le constat issu de l’étude Actimuscle*. Vous vous posez encore la question de savoir s’il faut changer de literie ? La réponse est définitivement oui !

L’étude Actimuscle (qui approfondit l’étude Actimat) étudie l’influence de la literie sur le sommeil et précise en quoi changer de literie est en mesure d’améliorer la qualité du sommeil. « La literie neuve agit non pas sur la nature du sommeil mais sur sa continuité et donc sur sa qualité récupératrice » explique le Professeur Damien Léger*.

Changer de literie pour un meilleur sommeil et une meilleure forme !

La macro-structure du sommeil (cycles du sommeil) et la micro-structure (activité musculaire et micro-éveils) sont étudiées à la fois sur une literie ancienne et sur une literie neuve.
A chaque minute de la nuit, le sommeil est mesuré et analysé : rythmes cérébraux, muscles du menton et des jambes, mouvements des yeux… Autant de critères permettant d’évaluer la qualité du sommeil qui sera lent léger, lent profond, paradoxal ou agité. Le constat est sans appel : sur une literie neuve, tous les sujets ressentent une meilleure forme au réveil et dans la journée qui suit.

Qu’est-ce qu’un bon sommeil ?

La microstructure du sommeil étudie la continuité du sommeil. Celle-ci est modifiée selon que l’on utilise une literie ancienne ou neuve. Une literie de qualité permet un sommeil plus dense, composé de moins de micro- éveils.
Une vraie piste de réflexion sur la définition d’un sommeil de qualité…
Pour en savoir plus, consultez l’intégralité de l’étude


* Etude initiée par l’Association pour la literie et réalisée en collaboration avec l’European Sleep Center et le Professeur Damien Léger, Responsable du Centre du sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel-Dieu de Paris.

Retour en haut de page