Petites et grandes histoires de literie

histoire de literie

Le sommeil a toujours eu une importance fondamentale et l’homme s’est toujours préoccupé de sa literie. Bien avant l’oreiller, le matelas à ressort ou en mousse, la notion de confort était bien différente.
Voyage à travers l’histoire de la literie avec Pascal Dibie, auteur du livre « Ethnologie de la chambre à coucher ».

 

L’histoire de la literie est riche. L’homme s’est toujours préoccupé de son confort nocturne. Les Egyptiens possédaient un mobilier dépouillé mais confortable : lits en bois de pin équipés de bandes de toile comme base de sommier.
En Grèce, Ulysse avait aménagé son lit dans un olivier : un cadre de bois équipé de sangles, une natte de jonc, un oreiller et une couverture.
A Rome, la majorité des lits étaient des grabats aménagés dans des alcôves, juste recouverts de paillasses.

Du lit 14 places au lit deux places…lit collectif et lit deux places

Au Moyen-Age, les lits collectifs existaient pour dix à quatorze personnes dans la haute noblesse. Ces lits étaient immenses.
Le lit à deux places a émergé en même temps que la conjugalité : une paillasse, puis un matelas garni de laine ou de coton. Sur ce lit, on mettait un linceul (drap en lin) puis des couettes. Enfin, le chevet était réservé à la tête.
C’est de cette époque que date tout le vocabulaire technique de la literie.

XIXe siècle : le lit, centre de toutes les attentions

On aère, on dépoussière, on ouvre... La literie doit pouvoir être déplacée, on remplace le bois par du fer. C’est en 1950 que la chambre à coucher est réorganisée. Le lit est placé à 60 cm du mur, la chambre doit faire 9m², la fenêtre 1/6e de la surface de la chambre, etc. C’est en 1975 que l’on commence à se débarrasser des vieux lits hérités des parents, pour acheter un lit neuf, on recherche le confort total.

Literie : un nouveau mode de vie !

Les pratiques ont changé. Au XXIe siècle, on fait bien autre chose que dormir dans un lit :   téléphone, musique, télévision, repas, discussion, il est devenu un nouveau lieu de vie.

Retour en haut de page