Des matelas respectueux de votre santé

« Les matelas, source méconnue de pollution », c'est le titre, pour le moins ambigu, paru dans la presse sur ce début d’année. Contrairement à ce que pourrait laisser penser cette accroche un peu racoleuse, l'article fait référence à une étude américaine sur les matelas de bébé fabriqués aux USA et leurs émissions de COV, la présence de phtalates et de retardateurs de flamme toxiques, etc…. Rien de commun avec les fabrications françaises ou européennes.

En effet, les préoccupations des fabricants et des autorités français et européens sont très différentes de celles des USA (jusqu'à présent en tous cas) et très orientés "protection de la santé humaine et de l'environnement".

Depuis plus de 25 ans, les gaz à effet de serre sont interdits, tout comme les colles à solvants et autres produits présentant un risque sanitaire pour les opérateurs, les consommateurs ou l'environnement.

Connaissance des substances:

Depuis 2007, Le règlement européen Reach (Restriction, enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques) impose aux fabricants la déclaration des produits (molécules de base) utilisés dans les matières premières entrant dans la composition de tous les éléments des matelas, sommiers ou accessoires. Depuis 2008, la déclaration des biocides est obligatoire et leur utilisation également soumise à autorisation.

Retardateurs de flamme:

La France, comme la majorité des pays européens, n'utilise quasiment pas d'ignifugeants dans la composition des matelas en raison de risques potentiels pour la santé (principe de précaution) et de difficultés accrues en terme de recyclage.

Phtalates:

Ils sont, comme l'indique l'article, interdit et totalement absent des fabrications de matelas en France.

COV:

La literie participe activement au Groupe de Travail "Qualité de l'air intérieur" dans le cadre duquel une pré-étude a été réalisée en 2012 sur les émissions de COV de l'ensemble du mobilier d'une crèche; le résultat montre des résultats inférieurs aux normes basses envisagées (s'agissant de produits répondants aux normes actuelles).

Information du consommateur:

La literie fait partie des pilotes de l'expérimentation sur l'affichage environnemental, beaucoup plus détaillé que celui que nous connaissons sur l'émission de CO2 de l'automobile ou la consommation électrique de l'électroménager; 3 critères relatifs à l'empreinte environnementale ont été pris en compte et sont affichés sur les produits sur le lieu de vente. Cet affichage est en test "terrain" depuis mi 2012.

Les matelas bébé:

Ils sont astreints aux mêmes obligations, avec quelques contraintes supplémentaires en matière de sécurité (fermeture des housses, étiquettes …).

En résumé:

La législation européenne (parfois franco-française plus contraignante) est extrêmement astreignante pour les fabricants, mais a fait évoluer les produits pour garantir une absence de risques pour ceux qui les fabriquent et ceux qui les utilisent. Comme le souligne l'article, les produits anciens n'ont évidemment pas pris en compte les normes actuelles. Pour cette raison, ainsi que pour des raisons d'hygiène et de qualité du sommeil et de la forme du lendemain, il faut changer de literie, matelas et sommier, si elle a plus de 10 ans.

Pour être certain de faire le bon choix, choisir une marque fabriquée en France (cf. site infoliterie.com) et une enseigne ayant pignon sur rue (cf. site infoliterie.com)

Gérard Delautre, Directeur Général A.P.L.

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut de page

}