Blog "I love mon lit"

Le jeu des 7 erreurs

Eh oui ! Même en achetant un lit, on peut se mettre le doigt dans l’œil jusqu’à en perdre le sommeil. Et l’erreur, dans ce cas-là, va nous coûter nos plus belles siestes, nos nuits étoilées et nous apporter notre lot de courbatures et de levers ronchons que ne rattraperont pas les couchers grognons. 

 

Donc, comment éviter ça ? Comme dans les dessins qu’il fallait comparer dans le journal quand on était petit (enfin moi, vous je sais pas quand vous étiez petit), il y a 7 erreurs à trouver, ou plutôt à ne pas commettre quand on achète un lit.

 

 

1. MON LIT, C’EST À LA VIE, À LA MORT

 

Non. Un lit, ce n’est pas pour la vie. Considérez qu’à partir de la 3 651ème nuit, ça commence à bien faire. Oui, vous avez bien compté, cela fait 10 ans et un jour. Après 10 ans, vous aurez d’ailleurs perdu plus de 1 095 litres d’eau (de transpiration) dans votre lit. Bonjour la piscine ! Enfin, pas d’un seul coup, mais quand même, question hygiène, il est peut-être temps d’aller s’éponger ailleurs non ? Et puis, comme vous (et nous tous d’ailleurs) n’arrêtez pas de bouger pendant votre sommeil, il se pourrait que les trucs un peu durs que vous sentez dans les côtes soient les ressorts du sommier et que vous ayez la forme d’un gendarme couché pendant votre sommeil du fait des enfoncements du matelas.

 

Bref, après 10 ans, changez de literie !

 

 

2. ACHETER LES YEUX FERMÉS, NORMAL POUR UN LIT !

 

Que nenni. Tester votre lit avant d’acheter. Pas la peine de se planquer dans le magasin pour y passer la nuit. Mais il faut s’allonger plusieurs minutes dans plusieurs positions pour une vraie mise en pratique. Et si possible dans les conditions proches du réel – mais sans  mettre forcément votre pyjama jaune avec des éléphants. Non, on veut dire sans veste ni manteau, pour vraiment tester la literie. Et si vous êtes deux, testez ensemble, ou séparez-vous immédiatement (ce qui serait dommage).

 

Donc, essayez votre lit avant d’acheter.

 

 

3. UN BON MATELAS ET C’EST TOUT…

 

Justement non. Le matelas et le sommier sont comme les deux doigts de la main (gauche) de Django Reinhardt quand il joue « Manoir de mes rêves » (coucou à tous les fans de guitare manouche). Quand on change de matelas, il faut changer de sommier, sinon on risque de ne dormir que sur une jambe. Enfin, c’est une image, mais ça montre bien le côté inconfortable de la situation. Garder un sommier, mal adapté, risque d’abîmer le matelas et d’accélérer son usure.

 

Quand vous changez de matelas, changez aussi de sommier.

 

 

4. DORMIR À LA DURE, Y A RIEN DE TEL…

 

Idée aussi répandue que la confiture sur une tartine de ma grand-mère, un matelas bien sur serait idéal pour bien dormir.  Comment dire… Et le béton, vous avez essayé ? Ou le banc public ? Mais non, voyons, ne nous égarons pas, une literie trop dure n’épousera pas les formes avantageuses de votre corps digne d’un statue grecque ; elle créera même des points de pression au niveau des épaules et du bassin. A l’inverse, trop mou, votre lit ne soutiendra pas comme il faut votre colonne vertébrale.

 

Choisissez une literie qui s’adapte à vos besoins et votre morphologie.

 

 

5. TOUT CE QUI EST PETIT EST GENTIL… 

 

Peut-être, mais avec 40 mouvements en moyenne par nuit, on vous conseille de ne pas vous obstiner à dormir dans le lit qu’on vous a offert pour vos 10 ans. Il est trop petit ! Une literie plus large est un gage de confort. Voir grand, c’est choisir une largeur de lit allant de 160 à 180 cm plutôt qu’un classique 140 cm. Cela permet notamment d’optimiser la détente musculaire et le relâchement du corps. Et c’est encore plus vrai à deux comme l’a démontré l’étude Acticouple !

 

Quand vous pensez lit, voyez grand !

 

 

6. JE ME SUIS DÉGOTTÉ UN PETIT MATELAS DE DERRIÈRE LES FAGOTS... 

 

Derrière les fagots, ou sur Internet, ou sur un marché, attention aux arnaques ! On ne saurait vous conseiller de remettre votre sommeil, donc votre forme et au final votre santé à des marques de confiance. Les grandes marques françaises de literie disposent d’un savoir-faire reconnu et elles vous garantissent la literie en moyenne pendant 5 ans.

 

Préférez les grandes marques, vous ne serez jamais déçu.

 

 

7. BEN OUI, MAIS C’EST PLUS CHER…

 

La literie est un investissement, c’est vrai. Mais choisir une marque de qualité n’est pas si onéreux. Rapportée à sa durée d’utilisation (10 ans maximum conseillés), un ensemble matelas-sommier coûte en moyenne entre 30 et 40 centimes par nuit ; c’est :

  • 2 à 3 fois moins qu’un abonnement Internet

  • 16 à 22 fois moins qu’un paquet de cigarette

  • équivalent au prix d’une place de cinéma chaque mois

  • équivalent à un bon restaurant en amoureux chaque mois

 

Investissez dans votre literie, il en va de la qualité de votre sommeil.

  • sur la base d’un abonnement internet à 30€/mois
  • sur la base d’un paquet à 6,60€
  • sur la base d’une place de cinéma entre 9 et 11€
  • sur la base d’un restaurant à deux d’une valeur de 30 à 40€